De nos jours, le kinbaku est une pratique entre adultes consentants, désirant partager émotions, sensations et intensité. C'est donc une activité orientée vers le plaisir et la consensualité. La pratique des cordes n'en fut pas toujours ainsi. En remontant le temps, nous pouvons constater qu'il y a quatres "sources" principales qui ont donné naissance au kinbaku.  
 
La torture 
Avant la période Edo, les cordes étaient utilisées comme moyen de torture. Elles étaient codifiées en quatre familles :
 
- Mutchi uchi : attacher et fouetter avec les cordes. 
- Ishidashi : excercer des pressions/tensions avec les cordes et des poids. 
- Ebi seme : torture posturale en repliant le corps sur lui même ou en le mettant en contorsion. 
- Tsuri seme : torture par la suspension. 
Durant la période Edo (1600~1878), il semblerait que la torture fut considérée comme barbare, et donc les pratiques de tortures par les cordes s'estompèrent.  

La justice 
En fonction de son rang social et du crime commis, le condamné était attaché et exposé dans telle ou telle posture. De même, la figure dessinée par les cordes renseignait sur le criminel. La honte et l'humiliation étaient ici recherchées comme motivation au repentir .. 


Les arts martiaux
 
Les différentes écoles d'arts martiaux ont développé des techniques de défense, de contrôle, d'immobilisation, de capture et d'emprisonnement en utilisant la corde comme arme. Au Japon l'école la plus connue pour cette pratique est le Hojo-Jutsu (Nawa-Jutsu). Quatre règles d'or sont au coeur de la pratique : 
- Ne pas permettre au prisonnier de s'évader. 
- Ne pas causer de dommages physiques ou mentaux. 
- Ne pas permettre aux autres de voir/comprendre la technique. 
- Faire un shibari joli et esthétique
 
La sexualité 
Il y a encore pas si longtemps, les mariages d'amour n'existaient pas ou peu. La plupart du temps il s'agissait de mariages arrangés. La sexualité dans le couple était basée sur un rapport de domination/soumission et ou de viol conjugal.  
Dans ce contexte où la consensualité n'existait pas, les cordes étaient utiles pour immobiliser les "victimes".



De nos jours, selon la personalité de l'attacheur, ces quatre pôles d'influence, peuvent être plus ou moins prononcés, plus ou moins subtiles ...